logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vers un mode de cuisson propre et abordable au Kenya

Au Kenya, l'utilisation répandue du chauffage au feu de bois pour pallier l'inflation entraîne des problèmes de santé respiratoire avec 19,6 millions de cas signalés. Des alternatives de cuisson propres restent inaccessibles pour de nombreuses familles à faibles revenus. Les particules émises par le bois affectent la santé, mais des solutions telles que l'électricité restent coûteuses.
Un groupe de femmes kényanes utilisant des réchauds à biomasse modernes pour cuisiner dans un village rural. Les réchauds produisent peu de fumée et sont abordables, contribuant à réduire la déforestation tout en améliorant la santé des communautés locales. Des visages souriants et des aliments savoureux cuisant sur les réchauds, avec des paysages verdoyants en arrière-plan pour représenter un avenir durable.

Face à l’essor de l’inflation au Kenya, de nombreuses familles se tournent vers le chauffage au feu de bois pour faire des économies, faute d’options de cuisson plus propres et abordables.

Impact sur la santé publique

Le recours massif au bois de chauffage a engendré une augmentation des maladies respiratoires affectant des millions de personnes à travers le pays. Selon une étude récente des autorités kenyanes, les maladies respiratoires sont devenues un véritable fléau depuis six ans, avec 19,6 millions de cas recensés. Ces maladies sont principalement causées par la fumée émanant de la combustion de biomasse comme le bois de chauffage.

Les conséquences sur la population

Les particules fines émises lors de la cuisson au bois, notamment le PM 2,5, sont associées à des pathologies graves telles que la pneumonie et l’asthme. Les données du ministère kenyan de la santé révèlent que les maladies pulmonaires obstructives chroniques représentent 1,7 % des décès dans le pays. Les populations des zones rurales à faibles revenus sont particulièrement touchées, avec des diagnostics souvent tardifs par rapport à celles des zones urbaines mieux informées et bénéficiant d’un meilleur accès aux soins de santé.

Solutions alternatives et économiques

Face à ce constat alarmant, des solutions alternatives et économiques commencent à émerger. Certains ménages ont adopté des réchauds plus efficients, permettant une utilisation plus rationnelle du charbon de bois et des économies substantielles. En effet, en utilisant ces réchauds, il est possible de diviser par deux la quantité de bois de chauffage utilisée, ce qui se traduit à la fois par des économies financières et une amélioration de la santé des individus concernés.

  • Étude économique de 2024 : 93,8 % de l’énergie kenyane provient du bois de chauffage.
  • 9,1 millions de ménages dépendent des combustibles traditionnels pour la cuisine.

Partager l'article :