logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Scission dans l’Église Méthodiste Unie : Réactions en Afrique

Les dirigeants de l'Église méthodiste unie expriment des regrets après le départ de la branche ivoirienne suite à la levée de l'interdiction des ministres LGBTQ+. En Afrique, des dissensions autour de la sexualité et de la théologie entraînent des divisions au sein de l'Église méthodiste unie.
Illustration HD représentant une église Méthodiste Unie divisée en deux branches, une en Côte d'Ivoire et l'autre au Zimbabwe. La branche ivoirienne est symbolisée par des motifs culturels locaux, tandis que la branche zimbabwéenne est illustrée avec des symboles nationaux. Les deux branches sont reliées par des racines entremêlées, montrant malgré tout une connexion persistante malgré la scission.

Les récents événements au sein de l’Église méthodiste unie ont déclenché une série de répercussions en Afrique, mettant en lumière des dissensions profondes autour des questions de sexualité et de théologie.

Une décision historique pour l’Église méthodiste unie

En mai, lors de la première réunion législative de l’Église en cinq ans, une décision historique a été prise. Les délégués ont voté massivement pour abolir une règle interdisant aux « homosexuels pratiquants avoués » d’être ordonnés ou nommés ministres.

  • Contrairement aux conférences générales précédentes, ce changement significatif marque la fin de l’interdiction des ministres LGBTQ+ au sein de l’Église méthodiste unie.
  • Cette décision accorde à chaque Église membre la liberté de statuer sur la question, entraînant des réactions diverses au sein de la communauté méthodiste.

Rupture au sein de l’Église en Côte d’Ivoire

Le 28 mai, l’Église de Côte d’Ivoire, forte de plus de 1,2 million de fidèles, a pris une décision sans précédent en votant pour se séparer des Méthodistes Unis. Cette séparation a des implications majeures en Afrique, où l’Église méthodiste unie compte 4,6 millions de membres en dehors des États-Unis.

  1. Le Conseil des évêques a exprimé des regrets face à cette décision, affirmant sa volonté de travailler avec l’Église de Côte d’Ivoire pour devenir une entité méthodiste autonome.
  2. Les manifestations contre l’accueil des membres LGBTQ+ se sont multipliées en Afrique, avec des rassemblements au Zimbabwe exprimant une forte opposition à cette ouverture.

Opposition et Conservatisme

L’opposition à l’inclusion des LGBTQ+ au sein de l’Église reste forte en Afrique, où les confessions chrétiennes adoptent des positions conservatrices à ce sujet. En janvier, les évêques catholiques d’Afrique ont rejeté l’appel du pape François à la bénédiction des couples de même sexe, soulignant un profond clivage sur ces questions sociétales.

  • Les membres de la communauté LGBTQ+ en Afrique, représentés notamment par des organisations telles que GALZ au Zimbabwe, font face à des défis majeurs liés à la stigmatisation et au harcèlement.
  • Les appels à créer des dialogues inclusifs pour favoriser une meilleure compréhension et acceptation de tous les fidèles, indépendamment de leur orientation sexuelle, se multiplient.

Les tensions au sein de l’Église méthodiste unie révèlent des divisions profondes et soulignent l’importance des débats contemporains autour de l’inclusivité et du conservatisme au sein des institutions religieuses en Afrique.

Farai Mutsaka, journaliste de l’Associated Press à Harare, Zimbabwe, a contribué à ce rapport.

Partager l'article :