logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Risque d’exil pour des centaines de journalistes selon l’ONU

Des milliers de journalistes ont fui leur pays ces dernières années pour échapper à la répression politique et aux conflits, mais en exil, ils restent vulnérables aux menaces physiques, numériques et juridiques. Irene Khan, enquêtrice de l'ONU, souligne une augmentation du nombre de journalistes en exil et la réduction de l'espace pour les médias indépendants.
Un groupe diversifié de journalistes en exil, représentant différents pays et cultures, se réunit dans un lieu sûr, entouré de drapeaux internationaux symbolisant la liberté de la presse. Des palmiers en arrière-plan évoquent l'espoir et la résilience malgré l'adversité.

Des milliers de journalistes ont dû fuir leur pays pour échapper à la répression politique, mais une fois en exil, ils restent vulnérables. Une enquêtrice de l’ONU met en lumière cette réalité inquiétante.

Une augmentation des journalistes en exil

Selon Irene Khan, enquêtrice de l’ONU, le nombre de journalistes en exil est en augmentation, tandis que la liberté des médias indépendants est restreinte dans de nombreux pays. Elle souligne que les médias indépendants sont essentiels pour promouvoir la démocratie et la transparence.

Les défis des journalistes en exil

  • Nombreux sont les journalistes qui quittent leur pays pour pouvoir travailler en toute liberté, sans crainte ni pression.
  • Cependant, une fois en exil, ils font face à des menaces physiques, numériques et juridiques.
  • Beaucoup se retrouvent dans une situation précaire, sans statut juridique clair ni soutien adéquat pour poursuivre leur travail journalistique.

Les protections juridiques insuffisantes

Malgré l’existence de protections juridiques internationales pour les journalistes en exil, les États ne respectent pas toujours ces obligations. De nombreux journalistes ont fui des pays tels que l’Afghanistan, la Biélorussie, la Chine, l’Iran, ou la Russie, pour ne citer que quelques exemples.

Menaces et enlèvements

  1. Le cas emblématique de Jamal Khashoggi, assassiné dans le consulat saoudien à Istanbul, met en lumière les dangers auxquels les journalistes en exil peuvent être confrontés.
  2. Les enlèvements extraterritoriaux et les menaces contre les familles de journalistes en exil sont malheureusement une réalité préoccupante.
  3. Les attaques en ligne, les campagnes de diffamation, ainsi que la surveillance numérique ciblée sont de plus en plus courantes et représente une menace sérieuse pour la sécurité des journalistes en exil.

Les défis de la sécurité numérique

Les journalistes en exil sont également confrontés à des menaces numériques croissantes. La surveillance numérique et les attaques en ligne, telles que les menaces de mort et les campagnes de diffamation, compromettent leur sécurité et leur liberté d’expression.

Attaques physiques et légales

  • Les lois répressives adoptées par certains pays, telles que la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, criminalisent la liberté d’expression et entravent le travail journalistique.
  • Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les journalistes en exil ont été confrontés à des pressions accrues pour s’autocensurer ou quitter le pays.
  • Il est crucial que les pays d’accueil offrent une protection adéquate aux journalistes en exil, y compris des visas et des permis de travail, pour assurer leur sécurité et leur liberté.

Partager l'article :