logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Records de chaleur : Juin 2024, 13e mois consécutif.

Juin 2024 : 13e mois consécutif de températures record, avec une moyenne la plus élevée jamais enregistrée. La hausse des températures est alarmante, dépassant le seuil de 1,5°C fixé lors de la COP 2015.
Un illustration HD représentant un globe terrestre sur lequel les continents sont en train de fondre sous l'effet de la chaleur intense. Le contraste entre les masses terrestres qui se liquéfient et le bleu profond des océans doit mettre en évidence l'impact du réchauffement climatique.

Le mois de juin 2024 bat de nouveaux records de chaleur, selon les données de l’observatoire européen Copernicus.

Une tendance à la hausse confirmée

En juin 2024, la température mondiale moyenne a continué sa tendance à la hausse, établissant ainsi le 13e record de température moyenne pour un mois de juin consécutif. Selon Copernicus, ce dernier mois de juin a été le plus chaud jamais enregistré, dépassant le record établi en 2023. De plus, il s’agit du 12e mois à surpasser le seuil critique de 1,5 °C, établi lors de la COP 2015 et soutenu par la grande majorité des États. Les températures mondiales ont atteint des niveaux sans précédent, principalement en raison des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

Impacts alarmants sur l’environnement

Les conséquences de cette tendance alarmante se font déjà ressentir à travers le monde. Les océans connaissent une surchauffe sans précédent, absorbant 90 % de l’excès de chaleur généré par l’activité humaine. En Arabie Saoudite, les thermomètres ont dépassé les 51°C, entraînant la mort d’au moins 1300 pèlerins. De plus, la chaleur exceptionnelle à la surface de l’Atlantique nord a renforcé la puissance de l’ouragan Beryl, provoquant des dommages dévastateurs dans les Antilles dès le début du mois de juillet.

Partager l'article :