logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Président Tunisien défend « ingérence étrangère » et arrestations

Le président tunisien Kais Saied défend les récentes arrestations en Tunisie contre les critiques occidentales, provoquant des inquiétudes internationales. Des avocats, chroniqueurs et militants ont été appréhendés, suscitant des manifestations pour les droits et libertés. Cette nouvelle série de mesures répressives inquiète après déjà une campagne contre les migrants africains.
Une illustration HD représentant de manière non-violente des avocats et des figures des médias en train d'être interpellés, avec des symboles de l'Union européenne, de la France et des États-Unis en arrière-plan, exprimant de l'"inquiétude" et de la "préoccupation". Mettre l'accent sur l'aspect de la liberté d'expression et de la justice menacée.

Le président tunisien Kais Saied a vivement réagi aux critiques occidentales concernant les récentes arrestations d’avocats et de figures médiatiques en Tunisie, affirmant que ces mesures étaient légales malgré les inquiétudes exprimées par l’Union européenne, la France et les États-Unis.

Réactions face aux critiques

En réponse aux préoccupations internationales, le président Saied a ordonné au ministère des Affaires étrangères de convoquer les ambassadeurs de certains pays pour exprimer sa forte désapprobation envers toute ingérence dans les affaires intérieures du pays.

Manifestations pour les droits et libertés

Des centaines d’avocats et défenseurs des droits humains ont protesté à Tunis en demandant le respect des libertés fondamentales et exprimant leur opposition aux récentes arrestations. Ils ont scandé des slogans rappelant la révolution de 2011 et la fin de l’État policier.

  • Liberté pour tous les défenseurs des droits humains
  • Respect des principes démocratiques
  • Appel à la fin des arrestations arbitraires

Lutte contre la migration et arrestations

Parallèlement, le gouvernement mène une campagne contre les migrants africains subsahariens depuis février 2023, accompagnée d’un discours aux tonalités xénophobes du président Saied. Cette politique a conduit à l’arrestation de la militante antiraciste Saadia Mosbah le 6 mai, ainsi que de l’avocate et chroniqueuse Sonia Dahmani le 11 mai, ces dernières étant retenues par la police pour des commentaires jugés critiques sur les réseaux sociaux.

  1. Arrestation de Saadia Mosbah le 6 mai
  2. Interpellation de Sonia Dahmani le 11 mai
  3. Positionnement controversé de Kais Saied sur la migration

Ces récentes arrestations suscitent des inquiétudes quant au respect des libertés individuelles et des droits de l’homme en Tunisie, notamment dans un contexte où la liberté d’expression semble être de plus en plus restreinte.

Partager l'article :