logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pénurie alarmante à Gaza après bombardements

Les températures montent dans la bande de Gaza, mettant en difficulté les Palestiniens du camp de Jabaliya, confrontés à une pénurie d'eau. Les frappes israéliennes ont gravement endommagé les infrastructures, détruisant 75% des puits d'eau.
Une illustration HD représentant une scène de pénurie inquiétante dans le Nord de Gaza après les bombardements. L'image devrait montrer des habitants en détresse cherchant de l'aide, des fournitures médicales rares et des infrastructures endommagées, reflétant la gravité de la situation humanitaire dans la région.

À Gaza, la crise de l’eau s’aggrave pour les déplacés de Jabaliya, face à des températures étouffantes.

Une lutte quotidienne pour l’eau

Les habitants déplacés dans le camp de Jabaliya, situé au nord de la bande de Gaza, font face à une pénurie d’eau aiguë. Bassam Abu Rokba témoigne : « Il n’y a ni eau ni nourriture. Nos enfants sont morts de déshydratation. Nous ne pouvons pas nous laver ni utiliser les toilettes. Je ne trouve pas d’eau à boire ». Les familles doivent faire la queue pendant des heures sous le soleil, attendant de remplir leurs seaux et récipients d’eau qu’elles doivent rationner avec précaution.

Impact des frappes israéliennes

Les frappes aériennes israéliennes ont endommagé certaines canalisations et puits d’eau, rendant l’accès à l’eau encore plus difficile pour les habitants de Jabaliya. Abu Anan, un déplacé, souligne l’urgence de la situation : « C’est un problème énorme. L’eau est essentielle à la vie, et s’il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de vie ». Les combats récents ont entraîné d’importantes destructions et aggravé la détérioration des infrastructures déjà précaires.

  • Les frappes israéliennes ont détruit 75% des puits d’eau de la région, selon Mazen al-Najar, chef de la municipalité de Jabaliya.
  • La destruction des infrastructures a conduit à une grave pénurie de nourriture et d’eau, comme l’a souligné Hassan Adwan, un autre déplacé.

Alerte des Nations unies

Les Nations unies ont lancé l’alerte sur le risque de maladies, telles que le choléra, dans la région en raison du manque d’eau potable, des conditions sanitaires précaires et des températures élevées qui prévalent. Avec l’été qui approche, la situation pourrait s’aggraver si des mesures adéquates ne sont pas prises rapidement.

Partager l'article :