logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ntative de coup d’état en RDC : accusés forcés

Deux citoyens américains affirment avoir été forcés de participer à une tentative de coup d'état en RD Congo. Ils sont jugés avec d'autres personnes de différentes nationalités, risquant la peine de mort.
Illustration HD montrant un groupe hétérogène d'individus stressés, certains en uniforme militaire, déclarant devant des journalistes, mains levées et visages angoissés, avoir été contraints de participer à une tentative de coup d'état en RDC. L'atmosphère est intense et dramatique, avec des émotions palpables sur les visages des accusés.

Deux citoyens américains font face à la justice en République démocratique du Congo pour leur implication présumée dans une tentative de coup d’État en mai. Ils affirment avoir été contraints de rejoindre l’insurrection.

Des allégations de contrainte

Marcel Malanga, âgé de 22 ans et fils d’un homme politique congolais établi aux États-Unis, Christian Malanga, ainsi que Benjamin Zalman-Polun, ont affirmé devant le tribunal de Kinshasa avoir été menacés de mort par le chef du coup d’État. Celui-ci les aurait forcés à participer à l’insurrection sous peine de représailles.

Contexte de l’affaire

Les faits remontent au 19 mai dernier, lorsque des hommes armés, supposément agissant sous les ordres de Christian Malanga, ont brièvement pris possession d’un bureau de la présidence congolaise à Kinshasa avant d’être repoussés par les forces gouvernementales. Cette action a été qualifiée de tentative de coup d’État par les autorités congolaises.

  • Une cinquantaine de personnes, dont des ressortissants américains, britanniques, canadiens, belges et congolais, ont été appréhendées dans le cadre de cette affaire.
  • Les accusés se voient reprocher des charges telles que l’atteinte à l’intégrité de l’État, des crimes graves qui peuvent dans certains cas entraîner la peine de mort.

Un procès aux enjeux majeurs

Le procès de ces individus, notamment des ressortissants étrangers, revêt une dimension internationale, suscitant des interrogations sur les conditions de leur arrestation et sur le respect des droits fondamentaux lors de leur détention et de leur jugement.

Garanties légales et droits de la défense

Il est crucial que le procès respecte les normes internationales en matière de droit à un procès équitable, d’accès à des avocats et d’examen des preuves de façon transparente et impartiale. Dans un contexte sensible comme celui-ci, il est primordial que la justice soit rendue de manière rigoureuse et impartiale, en tenant compte des allégations de contrainte avancées par les accusés.

  1. La présomption d’innocence doit être respectée tout au long du procès, jusqu’à ce que la culpabilité des accusés soit prouvée hors de tout doute raisonnable.
  2. Les autorités judiciaires congolaises doivent veiller à ce que les droits des accusés, y compris leur accès à une défense adéquate, soient pleinement protégés dans le cadre des procédures judiciaires en cours.

Partager l'article :