logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouvelles manifestations réprimées au Kenya, l’ONU préoccupée

Dans la capitale kényane, Nairobi, une manifestation antigouvernementale a dégénéré lorsqu'un groupe de manifestants a envahi le Parlement, entraînant la mort d'au moins 5 personnes et faisant 31 blessés. La contestation est motivée par un projet de budget 2024-2025 incluant de nouvelles taxes impopulaires.
Une illustration HD montrant une scène de manifestation au Kenya, mettant en avant la jeunesse en colère contre les nouvelles taxes gouvernementales. Des dizaines de milliers de jeunes descendent dans les rues, exprimant leur mécontentement. L'atmosphère est à la fois agitée et déterminée, avec des slogans peints sur des pancartes colorées. Assure-toi que l'image transmette le sentiment de frustration et d'unité parmi les manifestants, sans inclure de détails violents.

Un mouvement de protestation antigouvernemental au Kenya a viré au chaos à Nairobi, engendrant des pertes en vies humaines et des scènes de violence inquiétantes.

Les origines de la contestation

Le mouvement de contestation a été déclenché par le projet de budget 2024-2025, qui prévoyait de nouvelles taxes pour réduire la dette nationale. Parmi les mesures les plus contestées figuraient une TVA de 16% sur le pain et une taxe annuelle de 2,5% pour les propriétaires de voitures.

Éruption de la colère

Les manifestations ont débuté sur les réseaux sociaux lors de la présentation du projet de budget le 13 juin, avant de se propager dans les rues. Bien que le gouvernement ait initialement reculé en retirant certaines mesures, les manifestants craignaient une potentielle augmentation de 50% des taxes sur les carburants, alimentant davantage leur colère et leur mécontentement vis-à-vis de la politique du président William Ruto.

Cette contestation souligne les profondes inégalités économiques et sociales qui persistent au Kenya malgré sa réputation de locomotive économique en Afrique de l’Est. Alors que le pays bénéficie d’une croissance soutenue par différents secteurs tels que l’agriculture, le tourisme et la technologie, un tiers de sa population vit encore sous le seuil de pauvreté, tandis que le chômage des jeunes demeure élevé et l’inflation reste préoccupante.

Les acteurs et les répercussions

  • Le chef de l’opposition, Raila Odinga, a rallié la jeunesse à sa cause, encourageant les manifestations et critiquant ouvertement l’administration en place.
  • Les affrontements violents entre les forces de l’ordre et les manifestants ont entraîné la mort de plusieurs personnes et de nombreux blessés, soulevant des questions sur les tactiques de maintien de l’ordre utilisées.
  • La situation rappelle les troubles survenus l’année précédente, où des manifestations similaires avaient éclaté contre les augmentations d’impôts, entraînant également des pertes en vies humaines.

De possibles solutions pour l’apaisement

  1. Le dialogue entre le gouvernement et les représentants de la contestation pourrait être crucial pour trouver un terrain d’entente et éviter l’escalade de la violence.
  2. La mise en place de réformes économiques et sociales visant à réduire les inégalités et à créer des opportunités d’emploi pour les jeunes peut contribuer à apaiser les tensions à long terme.
  3. Un examen approfondi des politiques fiscales pour assurer un équilibre entre la nécessité de réduire la dette nationale et la protection du pouvoir d’achat des citoyens pourrait également être nécessaire.

La situation au Kenya reste tendue, avec la population divisée entre la volonté de réformes profondes et la gestion prudente des finances publiques. L’issue de cette crise déterminera en grande partie l’avenir politique et économique du pays dans les mois à venir.

Partager l'article :