logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Musique classique et tubes légendaires africains

L'artiste Angélique Kidjo présente sa première mondiale de la Symphonie Africaine en collaboration avec l'orchestre national de Lyon dirigé par Christian Reif. De "Makossa" à des hits contemporains, ce spectacle vise à célébrer la diversité musicale du continent africain.
Illustration HD montrant un orchestre symphonique jouant des tubes légendaires de la musique africaine sur une scène extérieure ornée de motifs traditionnels. Les musiciens, vêtus de tenues colorées, sont entourés d'une foule diversifiée qui danse et applaudit joyeusement. Les couleurs vives et le mélange de styles musicaux illustrent la fusion culturelle et la célébration de la diversité.

La célèbre artiste internationale Angélique Kidjo a offert une expérience musicale unique lors de la première mondiale de sa symphonie africaine, en collaboration avec l’orchestre national de Lyon dirigé par le chef d’orchestre Christian Reif. Un spectacle qui a mêlé harmonieusement la musique classique occidentale à la pop afro, célébrant ainsi la diversité et la richesse de la musique africaine.

Un hommage aux voix exceptionnelles du continent

Angélique Kidjo a souhaité rendre hommage aux voix exceptionnelles du continent africain en revisitant des titres incontournables tels que « Makossa », « Pata Pata », « Folon » ou encore en mettant en lumière des hits de la nouvelle génération d’artistes comme « Calm Down » de Rema et « Anybody » de Burna Boy.

  • Christian Reif, le chef d’orchestre, a partagé son enthousiasme pour ce projet novateur, soulignant le plaisir de fusionner les univers de la musique classique et de la pop afro.
  • Yaël Naïm a ému le public en interprétant avec talent le titre poignant « Folon » de Salif Keita, évoquant l’oppression coloniale à travers une performance chargée d’émotions.
  • La diversité artistique était également au rendez-vous avec la participation de Lura, chanteuse capverdienne, et de James BKS, fils de Manu Dibongo, qui a revisité le célèbre « Makossa » en compagnie d’une artiste proche de son père.

Le mariage réussi entre traditions et modernité

Ce spectacle a permis de créer un pont entre les traditions musicales africaines et les sonorités contemporaines, offrant une expérience unique aux spectateurs. L’orchestre national de Lyon a su relever le défi de jouer des compositions aussi diverses avec talent et sensibilité, sous la direction experte de Christian Reif.

  1. Les arrangements sublimes réalisés pour des chansons telles que « Folon » ont mis en valeur la richesse musicale de l’orchestre, offrant une nouvelle dimension à ces titres emblématiques.
  2. La combinaison audacieuse de la musique classique et de la pop afro a suscité l’admiration du public et a illustré la capacité de la musique à transcender les frontières et les genres.

En somme, cette symphonie africaine a été bien plus qu’un simple concert ; elle a été une célébration de la diversité culturelle, un témoignage de l’unité que la musique peut instaurer et une invitation à un voyage musical inoubliable à travers le continent africain.

Commentaire de Pascale Keingna et Images de Damien Decrand.

Partager l'article :