logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Manifestations au Kenya contre projets de taxes

Au Kenya, des manifestants sont retournés dans les rues pour protester contre le projet de loi de finances du gouvernement, prévoyant de nouvelles taxes. Malgré le retrait de certaines mesures fiscales contestées, les manifestants demandent le retrait complet du texte, craignant une pression accrue sur leur pouvoir d'achat déjà affaibli.
Un groupe éclectique de manifestants au Kenya se réunit dans les rues, arborant des pancartes colorées et exprimant leur opposition aux nouvelles taxes gouvernementales. Parmi eux, des jeunes, des personnes âgées et des femmes vêtues de manière traditionnelle, tous unis dans un appel à la justice fiscale. L'atmosphère est animée mais pacifique, avec des drapeaux nationaux flottant au vent et des slogans passionnés remplissant l'air. L'illustration doit capturer l'essence vibrante de la manifestation, mettant en avant la diversité des participants et l'esprit de solidarité qui émane de la foule.

Les manifestants sont de retour dans les rues du Kenya, exprimant leur mécontentement face au projet de loi de finances du gouvernement. Des affrontements ont éclaté entre la police et les protestataires, marquant un climat de tension dans le pays.

Manifestations contre le projet de loi de finances

Les manifestants kényans se mobilisent une nouvelle fois pour exiger le retrait du projet de loi de finances, soumis au Parlement pour un vote avant le 30 juin. Ce projet, qui suscite la controverse, prévoit la mise en place de nouvelles taxes, ce qui a déclenché la colère de la population.

  • Des affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants, ces derniers exprimant leur refus de voir adopter un texte financier sans leur consentement préalable.
  • Les protestataires dénoncent notamment les tentatives d’imposer des mesures fiscales jugées préjudiciables aux classes populaires, telles qu’une TVA sur le pain et une taxe annuelle sur les véhicules particuliers.
  • Malgré le retrait de plusieurs dispositions fiscales du projet initial, dont des taxes sur les paiements mobiles et l’huile végétale, la population réclame toujours le retrait complet du texte, estimant que ces mesures pénalisent davantage leur pouvoir d’achat déjà affaibli.

Réactions et enjeux économiques

Face à la pression populaire, le gouvernement dirigé par le président Ruto a pris la décision de retirer certaines mesures fiscales du projet de budget 2024-2025, telle que la TVA sur le pain et la taxe sur les véhicules. Ces ajustements, pourtant salués comme des concessions, ne suffisent pas à apaiser les tensions dans le pays.

  1. Les autorités défendent ces mesures comme étant cruciales pour renflouer les caisses de l’État et permettre une meilleure gestion des ressources nationales.
  2. Cependant, une partie de la population craint que ces nouvelles taxes n’alourdissent encore plus la charge financière des ménages, déjà impactés par les augmentations des impôts et des cotisations l’année précédente.
  3. Les manifestants réclament donc une révision en profondeur du projet de loi de finances, mettant en lumière les inquiétudes quant à l’accessibilité des services de base comme l’éducation et la santé.

Ce climat de contestation sociale souligne les défis auxquels le Kenya est confronté dans la recherche d’un équilibre entre les impératifs économiques et les attentes de la population en matière de bien-être social. La suite des événements dépendra de la capacité des autorités à trouver un terrain d’entente avec les citoyens pour garantir la stabilité et la prospérité du pays.

Partager l'article :