logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mandats d’arrêt demandés par la CPI contre Netanyahu et cadres Hamas

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale a demandé des mandats d'arrêt contre les dirigeants du Hamas, Yehia Sinwar, Mohammed Deif et Ismail Haniyeh, pour leur implication présumée dans des crimes de guerre.
Un groupe de personnes diverses, représentant des leaders politiques et des membres du Hamas, sont debout devant le bâtiment de la Cour pénale internationale. Certains sont en costume, d'autres en tenue traditionnelle, symbolisant différentes cultures. Au fond, on voit des symboles de justice et de loi. L'atmosphère est sérieuse mais non violente, mettant en avant l'importance des décisions judiciaires internationales.

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale a annoncé sa demande de mandats d’arrêt contre des dirigeants du Hamas et des responsables israéliens, suscitant des réactions controversées.

Accusations contre le Hamas

  • Yehia Sinwar, Mohammed Deif et Ismail Haniyeh du Hamas sont accusés de crimes de guerre, notamment le meurtre de civils israéliens lors d’attaques du 7 octobre 2023.
  • Le procureur affirme que des preuves justifient ces accusations, incluant des prises d’otages et d’autres crimes graves.

Position sur Israël

  1. Des mandats d’arrêt sont également réclamés contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la bande de Gaza.
  2. L’action internationale vise à garantir que les États respectent les normes humanitaires malgré leur droit à l’autodéfense.

Le président de la Knesset a condamné cette décision, la qualifiant de « scandaleuse », alors que la communauté internationale attend la décision des juges de la CPI.

Si les mandats d’arrêt sont approuvés, la question de leur exécution soulève des implications diplomatiques majeures pour les 124 États membres de la CPI.

Partager l'article :