logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’ONU prévoit une évolution positive, sauf en Afrique.

Selon le rapport de mi-2024 de l'ONU, l'économie mondiale pourrait croître de 2,7 % cette année, dépassant les prévisions précédentes. Cependant, les chiffres restent en deçà des niveaux d'avant la pandémie.
Une illustration montrant des dirigeants du monde discutant de graphiques en constante évolution, sauf une zone sombre représentant l'Afrique en tant que sujet à la traîne, reflet du thème de l'article "ONU : des perspectives d’évolution revues à la hausse, sauf en Afrique".

Un rapport de mi-2024 partagé par l’ONU prévoit une croissance de l’économie mondiale de 2,7 % cette année, en hausse par rapport aux prévisions de janvier qui tablaient sur 2,4 %, et avec des perspectives s’élevant à 2,8 % en 2025. Ces chiffres restent toutefois en deçà des niveaux d’avant la pandémie de COVID-19, où la croissance dépassait les 3 %.

Les prévisions de l’ONU comparées à d’autres organisations

Selon Shantanu Mukherjee, directeur de la division de l’analyse et des politiques économiques de l’ONU, malgré un optimisme mesuré, la prudence reste de mise. Les estimations de l’ONU pour 2024 se révèlent être plus modérées que celles du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En mi-avril, le FMI envisageait une croissance mondiale à 3,2 % pour les années 2024 et 2025, tandis que l’OCDE annonçait des chiffres de 3,1 % et 3,2 % pour la même période au début du mois de mai.

Des disparités de croissance selon les régions

  • L’ONU projette une croissance de 2,3 % pour les États-Unis en 2024, dépassant les 1,4 % annoncés en début d’année. En Chine, une légère augmentation est envisagée, passant de 4,7 % en janvier à 4,8 % pour l’année en cours.
  • En revanche, pour l’Afrique, le rapport prévoit une croissance économique de 3,3 %, en baisse par rapport aux 3,5 % initialement annoncés pour 2024. Les principales économies du continent telles que l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud présentent des perspectives mitigées, avec plusieurs pays africains en situation de surendettement et un risque élevé pour d’autres.

Shantanu Mukherjee souligne l’inquiétude liée à la diminution des prévisions pour l’Afrique, rappelant que le continent abrite des millions de personnes en situation de pauvreté extrême et de sous-alimentation. De plus, la plupart des pays souffrant de forte inflation selon ce rapport se situent en Afrique.

Concernant les pays en développement, le directeur de l’ONU note que la situation n’est pas aussi préoccupante, mais souligne une chute continue et significative de la croissance de l’investissement, une tendance à suivre de près.

Ce rapport de l’ONU met en lumière la complexité des dynamiques économiques mondiales, impactées par une multitude de facteurs, allant de la COVID-19 à la situation spécifique de chaque région. Les acteurs économiques et politiques devront rester vigilants et adapter leurs politiques en conséquence pour favoriser une reprise stable et durable.

Partager l'article :