logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Afrique du Sud salue demandes de mandats d’arrêts contre Israël et Hamas

L'Afrique du Sud soutient la demande de mandats d'arrêts de la CPI contre des dirigeants d'Israël et du Hamas. Le procureur de la CPI examine les accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Les réactions sont contrastées, Israël conteste la légitimité de la CPI, tandis que les États-Unis la jugent scandaleuse.
Illustration d'une scène symbolique représentant l'Afrique du Sud saluant la demande de mandats d'arrêts contre Israël et le Hamas. L'image montre une main géante aux couleurs du drapeau sud-africain levée vers le ciel, symbolisant le soutien et la solidarité de la nation. En arrière-plan, des éléments faisant référence à Israël et au Hamas sont représentés de manière abstraite pour éviter toute implication directe. L'atmosphère générale est pacifique et respectueuse, mettant en avant l'appel à la justice et à la paix.

L’Afrique du Sud soutient la demande de mandats d’arrêt contre des dirigeants d’Israël et du Hamas par le procureur de la Cour pénale internationale.

Le soutien de l’Afrique du Sud à la cause palestinienne

Le gouvernement sud-africain, en tant que fervent défenseur de la cause palestinienne, avait déjà porté plainte contre Israël devant la Cour internationale de justice pour des accusations de génocide.

Les accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité

  • Le procureur général de la CPI, Karim Khan, a mentionné des motifs raisonnables pour accuser M. Netanyahu et son ministre de la Défense, Yoav Gallant, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité présumés à Gaza.
  • En parallèle, la Cour envisage également des mandats d’arrêt à l’encontre de trois hauts responsables du Hamas pour des chefs d’accusation similaires.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement réagi en rejetant ces accusations et en dénonçant une comparaison injuste entre Israël et le Hamas. De son côté, le président américain Joe Biden a qualifié cette décision de scandaleuse, soulignant qu’il n’y avait pas d’équivalence entre les deux entités.

Les réactions internationales et locales

  1. Le département d’État américain a contesté la compétence de la CPI dans cette affaire, Israël n’étant pas signataire du Statut de Rome qui a instauré la Cour.
  2. Les réactions à Tel-Aviv ont été mitigées, avec des manifestations réclamant plus d’actions de la part du gouvernement pour la libération des otages à Gaza.
  3. Les Palestiniens du centre de Gaza ont exprimé leur attente de résolutions internationales décisives pour résoudre les problèmes en cours.

La décision de la CPI a suscité des émotions contrastées, tant en Israël parmi les partisans du gouvernement que chez les Palestiniens espérant des avancées concrètes dans le processus de paix.

Les prochaines étapes

Les juges de la CPI vont désormais analyser les preuves fournies et décider de la validité des mandats d’arrêt à l’encontre des dirigeants d’Israël et du Hamas, marquant une étape cruciale dans cette affaire internationale délicate.

Partager l'article :