logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La tradition du Sanké mon menacée au Mali

Des milliers de pêcheurs participent au rite de pêche collectif du Sanké mon à San, au Mali, une tradition inscrite au patrimoine culturel de l'UNESCO. Le changement climatique et les vagues de chaleur menacent cette pratique séculaire, tandis que des températures records causent des décès.
Un village malien traditionnel sous un soleil brûlant avec des hommes et des femmes vêtus de tenues colorées, portant des masques spectaculaires et dansant autour d'un arbre sacré. La chaleur intense se reflète dans le paysage aride, mettant en valeur l'importance du rituel du Sanké.

La tradition ancestrale du Sanké mon dans la ville de San, au Mali, est confrontée à un défi sans précédent en raison du changement climatique. Des milliers de pêcheurs se réunissent chaque année pour célébrer ce rite de pêche collectif, mais la disparition progressive de la mare boueuse menace cette pratique séculaire.

Un rite culturel immatériel menacé

Depuis des siècles, les habitants de San se regroupent pour le Sanké mon, un événement inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Ce rituel débute par des offrandes aux esprits de l’eau de la mare de Sanké et se poursuit par des danses masquées et des costumes traditionnels, marquant ainsi le début de la saison des pluies et la fondation de la ville.

L’impact du changement climatique au Mali

  • Les vagues de chaleur record ont asséché la mare de Sanké, menaçant la pratique du Sanké mon.
  • Les températures extrêmes ont atteint 48,5 degrés Celsius cette année, perturbant non seulement le rituel mais mettant aussi en péril la vie des habitants.
  • Le changement climatique a été pointé du doigt comme responsable de l’assèchement de la mare et des conséquences dramatiques sur la région.

Malgré les efforts déployés pour conserver cette tradition, le manque de mesures concrètes pour préserver la mare de Sanké soulève des inquiétudes quant à l’avenir de ce rite ancestral.

Des conséquences humaines dramatiques

La vague de chaleur sans précédent au Mali cette année a entraîné des décès liés aux températures extrêmes. Les conditions météorologiques de plus en plus difficiles ont eu un impact direct sur la population, notamment pendant le mois de Ramadan.

  1. Le manque de données officielles sur les décès dus à la chaleur au Mali soulève des préoccupations quant à l’ampleur de la situation.
  2. Les estimations du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pointent vers des centaines voire des milliers de décès cette année.
  3. Les experts mettent en garde contre la montée des températures maximales au Sahel, prédisant d’autres vagues de chaleur meurtrières à l’avenir.

Face à ces défis, la préservation de traditions telles que le Sanké mon devient cruciale à la fois pour la culture locale et pour la résilience des populations face aux changements climatiques.

Partager l'article :