logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La police reprend le contrôle de l’hôpital principal à Port-au-Prince

Le Premier Ministre haïtien Gary Conille visite un hôpital universitaire de Port-au-Prince, sévèrement endommagé par des combats entre gangs. La police a repris le contrôle après des mois de violence. La situation compromet l'accès aux soins pour des milliers d'Haïtiens. D'autres établissements de santé ont dû fermer en raison des attaques.
Une scène-choc à l'hôpital de Port-au-Prince : des agents de police encadrent l'accès, tandis que des manifestants en colère se dispersent. Les couloirs animés autrefois sont désormais calmes, avec une tension palpable dans l'air. Pour accompagner cet article, crée une illustration HD représentant la reprise de contrôle de l'hôpital, mélangeant des éléments de calme et de conflit.

Le Premier ministre haïtien Gary Conille et le chef de la police ont effectué une visite mardi à l’hôpital universitaire de Port-au-Prince, fortement endommagé par les combats entre gangs armés.

Violence et chaos à l’hôpital universitaire de Port-au-Prince

Les murs de l’hôpital universitaire de Port-au-Prince, criblés de balles, sont le triste témoignage des violentes confrontations ayant eu lieu dans cet établissement de santé. Contrôlé par des gangs pendant environ cinq mois, l’établissement a été le théâtre de scènes de violences inouïes. La police a finalement repris le contrôle de la zone dimanche soir après un affrontement armé avec des membres des groupes armés encore présents. Selon le Premier ministre haïtien, Gary Conille, cette action vise à « reprendre notre hôpital » et à permettre à la population d’accéder à nouveau aux soins.

Une situation désastreuse pour l’accès aux soins

  • Avant les troubles, jusqu’à 1 500 personnes par jour fréquentaient cet hôpital pour recevoir des soins médicaux essentiels.
  • Actuellement, l’accès aux soins est compromis, plongeant la population dans une situation de crise sanitaire aiguë.
  • Cette prise de contrôle rétablie vise également à assurer un environnement sûr pour les patients et le personnel soignant.

La recrudescence des attaques des groupes armés à Port-au-Prince a contraint de nombreux établissements de santé, y compris des hôpitaux et des cliniques, à fermer leurs portes. Depuis février, le nombre de patients atteints de maladies graves a presque doublé, aggravant la situation sanitaire déjà fragile du pays. De plus, avec l’arrivée de la saison des pluies, les risques de propagation de maladies telles que le choléra augmentent, amplifiant les défis auxquels fait face le système de santé haïtien.

Partager l'article :