logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Cour d’État lève l’immunité de Bazoum au Niger.

La Cour d'État du Niger lève l'immunité présidentielle de Mohamed Bazoum, le président déchu doit comparaître devant les tribunaux militaires pour des accusations de haute trahison et apologie du terrorisme. Ses avocats dénoncent un processus arbitraire et la fin de l'indépendance du pouvoir judiciaire.
Une illustration représentant un palais présidentiel au Niger, où la cour d'état a levé l'immunité du Président Bazoum. L'image doit montrer un bâtiment imposant avec des drapeaux nationaux, des gardes en uniforme, et des journalistes présents. L'ambiance doit refléter à la fois la tension politique et l'importance de la décision juridique. Pas de caractéristiques spécifiques du Président Bazoum.

La Cour d’Etat au Niger lève l’immunité présidentielle de Mohamed Bazoum

Accusations graves et procédures judiciaires

La Cour d’Etat au Niger a récemment pris la décision de lever l’immunité présidentielle de l’ancien président Mohamed Bazoum, l’accusant de haute trahison, complot visant à porter atteinte à la sûreté de l’État et apologie du terrorisme. Cette décision marque un tournant important dans la vie politique du pays, amenant Bazoum devant les tribunaux militaires pour répondre de ces graves accusations.

  • **Haute trahison** : L’accusation de haute trahison porte sur des actes présumés qui mettraient en péril la sécurité et la stabilité de l’État. Ces allégations sont prises très au sérieux par les autorités judiciaires.
  • **Complot et apologie du terrorisme** : Les accusations de complot et d’apologie du terrorisme soulèvent des inquiétudes quant aux actions passées de l’ancien président et à son éventuelle implication dans des activités contraires à la loi.

Contestation et critiques

Les avocats de Mohamed Bazoum ont exprimé leur mécontentement face à cette décision, dénonçant un manque de transparence et le non-respect des procédures judiciaires. Ils affirment n’avoir jamais eu la possibilité de rencontrer leur client et dénoncent ce qu’ils qualifient d’avènement de l’arbitraire et la remise en cause de l’indépendance du pouvoir judiciaire au Niger.

  1. **Manque de transparence** : Les avocats soulèvent des préoccupations quant au processus ayant conduit à la levée de l’immunité présidentielle, pointant du doigt le caractère expéditif de la décision et le non-respect des droits de la défense.
  2. **Indépendance judiciaire** : La décision de la Cour d’Etat soulève des interrogations sur l’indépendance réelle du pouvoir judiciaire au Niger, remettant en cause la crédibilité des institutions juridiques du pays.

Présidence tumultueuse et séquestration

Mohamed Bazoum a dirigé le Niger de 2021 à 2023, marquant son mandat par des événements tumultueux et une séquestration de 10 mois. Malgré les pressions exercées sur lui, l’ancien président de 64 ans n’a jamais démissionné, témoignant de sa détermination à défendre son intégrité et son innocence face aux accusations portées contre lui.

Partager l'article :