logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hausse morsures serpents : Mobilisation scientifiques au Kenya

Le Kenya est confronté à une crise grave de morsures de serpents, avec environ 20 000 cas par an, entraînant 4 000 décès et 7 000 complications de santé permanentes.
Environnement vif et coloré en Afrique, mettant en avant des scientifiques étudiant des serpents venimeux et cherchant des solutions pour contrer la recrudescence des morsures. Montre des serpents, des laboratoires de recherche et des équipements scientifiques avancés. Capture l'engagement des chercheurs à protéger la population locale et à préserver la biodiversité.

Le Kenya lutte contre un problème majeur alors que les morsures de serpents causent un nombre élevé de décès et de complications de santé chaque année.

Le conflit entre humains et serpents

Chaque année, environ 20 000 personnes au Kenya sont mordues par des serpents, entraînant environ 4 000 décès et 7 000 cas de complications de santé permanente. La destruction des habitats naturels et le changement climatique contribuent à intensifier le conflit entre les humains et les serpents. La déforestation pour l’agriculture oblige les serpents à chercher de la nourriture et de l’eau près des établissements humains. Les conditions météorologiques imprévisibles déplacent également les serpents, augmentant les risques de rencontres dangereuses avec les populations locales.

Solutions locales et initiatives de recherche

  • Le Kenya Snakebite Research and Intervention Centre (KSRIC), en collaboration avec la Liverpool School of Tropical Medicine, développe des antivénins adaptés aux espèces locales de serpents. Cette initiative vise à réduire le taux de mortalité dû aux morsures de serpents en offrant des traitements plus efficaces et adaptés à la population kenyane.
  • Le coût élevé des antivénins reste un défi majeur pour les victimes de morsures de serpent, soulignant la nécessité de rendre ces traitements plus accessibles financièrement pour la population.

Éducation communautaire et prévention

  1. En plus du développement d’antivénins spécifiques, le KSRIC met l’accent sur l’éducation communautaire pour sensibiliser les populations locales à la prévention des morsures de serpent. Des programmes de sensibilisation sont mis en place pour informer sur les comportements à adopter pour éviter les rencontres dangereuses avec les serpents.
  2. La formation des agents de santé sur la gestion adéquate des morsures de serpent est également une priorité pour améliorer les résultats des traitements et réduire la mortalité liée aux morsures.

Partager l'article :