logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Funérailles d’un manifestant décédé au Kenya

Une mosquée de Nairobi a organisé les funérailles d'Ibrahim Kamau, 19 ans, tué lors d'une manifestation contre un projet de loi fiscale gouvernemental retiré depuis. Les funérailles ont été suivies d'un hommage et d'une marche funèbre. Des manifestants ont attaqué le Parlement mardi, entraînant des tirs de police et des décès.
Un groupe de personnes en deuil assiste à l'enterrement d'un jeune manifestant récemment tué au Kenya. L'atmosphère est empreinte de tristesse et de colère contenue, symbolisant les tensions dans le pays. Des drapeaux nationaux et des bougies entourent le cercueil, tandis que des visages affligés expriment la perte d'un être cher. L'illustration doit capturer l'émotion de l'événement tout en restant respectueuse et non violente.

Une mosquée de Nairobi a organisé vendredi les funérailles d’Ibrahim Kamau, 19 ans, tué par balle lors d’une manifestation organisée mardi pour protester contre le projet de loi fiscale du gouvernement, qui a été retiré depuis. Les personnes en deuil ont rendu hommage à Ibrahim Kamau pendant le service funèbre et ont ensuite porté son cercueil dans les rues de Nairobi. Les manifestants ont pris d’assaut le Parlement mardi et ont attiré les tirs de la police dans un chaos qui a fait plusieurs morts, dont 22 selon certaines sources.


Manifestations à Nairobi suite au rejet de la loi fiscale impopulaire

La police de la capitale du Kenya a lancé des gaz lacrymogènes jeudi pour disperser les manifestants anti-impôts qui continuaient à se rassembler malgré le rejet par le président William Ruto d’une loi fiscale impopulaire qui avait provoqué des troubles meurtriers en début de semaine. La loi de finances a suscité une résistance farouche de la part d’un public kényan qui souffre de l’augmentation du coût de la vie, en particulier de la part des jeunes manifestants.

  • Les manifestants ont continué à se rassembler jeudi en déclarant qu’ils ne faisaient toujours pas confiance à M. Ruto, bien qu’il ait renvoyé le projet de loi de finances au parlement en promettant de procéder à des coupes budgétaires pour remplacer les nouvelles taxes et redevances proposées sur une série d’articles et de services.

Les tensions persistent malgré les changements annoncés

  1. La population kényane, notamment les jeunes, reste sceptique quant aux mesures promises par le président pour alléger l’impact financier sur les citoyens.
  2. Les manifestations se sont poursuivies avec des demandes d’une réforme plus profonde du système fiscal pour une justice économique accrue.
  3. Le rejet de la loi fiscale impopulaire n’a pas calmé entièrement la colère de la population, soulignant des problèmes sociaux et économiques plus vastes qui persistent au Kenya.

Partager l'article :