logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Élections en Afrique du Sud : l’ANC perd la majorité

Les élections nationales en Afrique du Sud ont marqué un tournant historique avec la perte de la majorité parlementaire par l'ANC pour la première fois depuis la fin de l'apartheid, ouvrant la voie à des coalitions gouvernementales.
Sur l'image, illustre une scène politique en Afrique du Sud avec des éléments symboliques tels qu'un drapeau national en arrière-plan, des urnes de vote et une balance politique représentant l'absence de majorité pour l'ANC. Intègre des personnages diversifiés pour refléter le paysage politique actuel.

Les élections en Afrique du Sud viennent de redessiner le paysage politique avec la perte de la majorité parlementaire par l’ANC, marquant un tournant historique pour le pays.

Une défaite historique pour l’ANC

Après plus de 99 % des votes comptabilisés, le Congrès national africain (ANC) a obtenu un peu plus de 40 % des voix, bien en deçà de sa majorité habituelle. C’est la première fois depuis la fin de l’apartheid il y a 30 ans que l’ANC perd sa domination parlementaire, ouvrant ainsi la voie à des coalitions gouvernementales inédites en Afrique du Sud. Cette situation sans précédent laisse présager un changement majeur dans la structure politique du pays.

Réactions politiques diverses

  • Julius Malema, leader du parti d’opposition EFF, a déclaré que le monopole politique de l’ANC était révolu.
  • Helen Zille, de l’Alliance Démocratique, a exprimé la volonté de son parti d’empêcher une coalition entre l’ANC, l’EFF et le parti MK de Jacob Zuma.
  • La Commission électorale d’Afrique du Sud appelle au calme et poursuit le décompte des voix, soulignant l’importance de gérer ce moment historique avec précaution.

Les partis d’opposition ont salué cette évolution comme un progrès significatif pour un pays confronté à des défis socio-économiques majeurs. Malgré sa position de premier parti, l’ANC devra probablement former des alliances pour maintenir sa place au gouvernement et reconduire Cyril Ramaphosa à la présidence pour un deuxième mandat. Le Parlement restera chargé d’élire le président du pays à l’issue de ces élections, marquant ainsi un potentiel changement historique dans la démocratie sud-africaine.

Partager l'article :