logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cyril Ramaphosa promet « une nouvelle ère »

Cyril Ramaphosa a prêté serment pour un second mandat en tant que président de l'Afrique du Sud, marquant le début d'une nouvelle ère avec un gouvernement de coalition. Ramaphosa devra diriger le premier gouvernement de coalition dans lequel aucun parti n'a la majorité, un défi compte tenu des différences idéologiques entre les partis.
Une illustration HD représentant une foule joyeuse en Afrique du Sud célébrant une nouvelle ère suite à la promesse de Cyril Ramaphosa. Des drapeaux colorés flottent dans l'air, des visages souriants expriment l'espoir et la confiance en l'avenir. La scène dégage une atmosphère d'unité et de fierté nationale.

Le président Cyril Ramaphosa a prêté serment pour un second mandat à la tête de l’Afrique du Sud, marquant le début d’une nouvelle ère politique pour le pays.

Un nouveau gouvernement de coalition

Après avoir été réélu par le nouveau parlement, M. Ramaphosa se trouve dans l’obligation de former un cabinet au sein d’un nouveau gouvernement de coalition. Le Congrès national africain, son parti, a perdu sa majorité parlementaire lors des élections récentes, obligeant ainsi la mise en place d’une alliance avec le principal parti d’opposition et un troisième parti plus petit. Cette coalition inédite vise à co-gouverner l’économie la plus industrialisée du continent africain.

Un gouvernement d’unité nationale

Il s’agit du premier gouvernement de coalition en Afrique du Sud où aucun parti ne détient la majorité. Au moins trois partis collaboreront dans ce que l’ANC appelle un gouvernement d’unité nationale. D’autres partis pourraient également être invités à rejoindre cette coalition historique.

  • Formation d’une alliance inédite entre le Congrès national africain, le principal parti d’opposition et un troisième parti plus petit.
  • Mise en place d’un gouvernement d’unité nationale sans qu’aucun parti ne possède la majorité.
  • Invitation potentielle d’autres partis à collaborer au sein de ce gouvernement de coalition.

M. Ramaphosa a prêté serment lors d’une cérémonie publique à l’Union Buildings en présence de chefs d’État africains, d’anciens et actuels, ainsi que de diplomates. La présence royale a également marqué cet événement, avec la participation du roi Mswati III d’Eswatini, du président nigérian Bola Tinubu, du président zimbabwéen Emerson Mnangagwa et de l’ancien Premier ministre kenyan Raila Odinga.

Les défis et les enjeux

La nouvelle administration devra relever de nombreux défis, notamment les politiques de redistribution des terres, la crise énergétique affectant le pays, ainsi que les divergences sur la question de la discrimination positive.
Malgré les discours de rassemblement et de coopération, des tensions idéologiques pourraient compliquer la gestion de ce gouvernement de coalition.

  1. Difficultés économiques et sociales à surmonter.
  2. Oppositions idéologiques sur des questions clés telles que la redistribution des terres et la crise énergétique.
  3. Risque de dissensions au sein de la coalition en raison des divergences politiques et des attentes divergentes des partis.

Alors que des partis majeurs ont rejoint cette coalition, d’autres comme le parti uMkhonto weSizwe dirigé par l’ancien président Jacob Zuma et le Parti de gauche Economic Freedom Fighters ont préféré ne pas en faire partie. La composition finale du cabinet de cette septième administration sud-africaine reste encore incertaine.

Partager l'article :