logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chambre des représentants US veut sanctionner la CPI

La Chambre des représentants des États-Unis vote en faveur de sanctions contre des membres de la Cour pénale internationale suite à des demandes de mandats d'arrêt contre des dirigeants israéliens. Le texte de loi interdit l'entrée aux États-Unis aux membres de la CPI impliqués et sanctionne toute assistance au tribunal.
Une illustration mettant en scène une balance de justice géante penchée vers la droite, symbolisant le déséquilibre des pouvoirs, avec d'un côté la Chambre des représentants des États-Unis et de l'autre la Cour pénale internationale. Des drapeaux américains et internationaux flottent en arrière-plan, illustrant la tension entre les deux entités.

La chambre des représentants des États-Unis a voté en faveur d’un projet de loi visant à imposer des sanctions à des membres de la Cour pénale internationale, suite à une demande de mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens et du Hamas pour des crimes présumés.

Critiques de la CPI par les représentants américains

La Cour pénale internationale a suscité une vive réaction au sein de la chambre des représentants dominée par les républicains. Selon Mike McCaul, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, la CPI a dépassé ses prérogatives en demandant des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Netanyahu et le ministre de la Défense israélien Gallant, ainsi que des membres du Hamas. McCaul a clairement indiqué que, selon lui, les accusations portées contre Israël étaient infondées.

  • L’entrée aux États-Unis refusée : Les membres de la CPI impliqués dans cette affaire se voient interdire l’entrée sur le territoire américain.
  • Sanctions étendues : En plus de l’interdiction d’entrée, le projet de loi prévoit des sanctions pour toute personne apportant un soutien financier, matériel ou technologique à la Cour pénale internationale, a déclaré Gregory Meeks, membre de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants.

Incertitudes concernant le texte de loi

Malgré l’approbation du projet de loi par la chambre des représentants à majorité républicaine, sa destinée reste incertaine alors qu’il doit encore passer devant le Sénat américain contrôlé par les démocrates. De plus, la Maison-Blanche a déjà exprimé son désaccord avec cette initiative, laissant planer le doute sur son adoption finale.

  1. Position du Sénat : Le sort du texte sera déterminé lors de son examination au Sénat américain où les démocrates sont majoritaires.
  2. Opposition de la Maison-Blanche : L’administration du président américain a clairement affiché son opposition à ce projet de loi, soulignant les dissensions au sein du pouvoir exécutif sur cette question délicate.

Partager l'article :