logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Benjamin Netanyahu et leaders du Hamas visés par CPI

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale a demandé des mandats d'arrêt contre les dirigeants du Hamas, Yehia Sinwar, Mohammed Deif et Ismail Haniyeh, pour des crimes de guerre. Des accusations similaires ont été portées contre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant.
Une illustration HD de DALL-E représentant une salle de tribunal avec des avocats et des journalistes, symbolisant l'affaire judiciaire impliquant Benjamin Netanyahu et des membres du Hamas devant la CPI. Mettre en avant l'aspect sérieux et officiel de la scène, sans montrer des visages reconnaissables ni des éléments de violence.

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale a demandé des mandats d’arrêt contre des dirigeants du Hamas et des responsables israéliens pour crimes de guerre.

Dirigeants du Hamas visés par des mandats d’arrêt

  • Yehia Sinwar, Mohammed Deif et Ismail Haniyeh du Hamas sont accusés de meurtre de civils israéliens lors d’attaques du 7 octobre 2023.
  • Le procureur Karim Khan affirme qu’ils sont pénalement responsables de ces crimes de guerre, y compris la prise d’otages.

Responsables israéliens aussi visés

  • Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant sont eux aussi visés par des mandats d’arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la bande de Gaza.
  • Le procureur souligne qu’Israël a le droit de se défendre mais doit respecter les normes humanitaires internationales.

Réactions et prochaines étapes

  • Le président de la Knesset qualifie la décision de scandaleuse, tandis que trois juges de la CPI doivent encore donner leur accord.
  • Si un mandat d’arrêt contre Netanyahu est émis, les États membres de la CPI pourraient être tenus de l’arrêter s’il se rend sur leur territoire.

Partager l'article :