logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

22 Chinois et 1 Camerounais inculpés en Zambie pour cybercriminalité

Un tribunal zambien a condamné 22 ressortissants chinois à des peines d'emprisonnement pour des actes de cybercriminalité, notamment des fraudes en ligne.
Un groupe de 22 hommes chinois et un homme camerounais ont été inculpés pour cybercriminalité en Zambie. Créez une illustration mettant en scène une salle de contrôle high-tech avec des ordinateurs et des hackers de diverses origines travaillant ensemble sur des activités criminelles en ligne. L'image doit refléter le thème de la cybercriminalité tout en évitant toute représentation violente ou choquante.

Un tribunal zambien a prononcé des peines de prison à l’encontre de 22 ressortissants chinois et d’un individu camerounais pour des actes de cybercriminalité, dont des fraudes en ligne ciblant diverses nationalités.

Des peines d’emprisonnement prononcées

Le tribunal de Lusaka a condamné les ressortissants chinois à des peines allant de 7 à 11 ans, assorties d’amendes de 1 500 à 3 000 dollars, après avoir plaidé coupables de fausses déclarations informatiques, d’usurpation d’identité et d’exploitation illégale de services en ligne.

Un réseau sophistiqué de fraude démantelé

Les condamnations font suite à l’arrestation en avril d’un groupe de 77 individus, principalement zambiens, impliqués dans un réseau de fraude en ligne sophistiqué. Cette opération a été menée conjointement par la police, la commission de lutte contre la drogue, le département de l’immigration et l’unité antiterroriste.

  • Les autorités ont saisi plus de 13 000 cartes SIM de téléphonie mobile, locales et étrangères, ainsi que des armes à feu et des munitions lors du raid.
  • L’entreprise Golden Top Support Services, où travaillaient les fraudeurs, employait des Zambiens pour mener des escroqueries en ligne à l’aide de conversations fictives sur différentes plateformes numériques.

Ali Kingston Mwila, analyste en cybersécurité, a expliqué que cette affaire signalait un durcissement des sanctions à l’égard des criminels opérant dans le cyberespace en Zambie. Il a souligné que par le passé, de tels délits étaient parfois traités avec plus de clémence.

Le directeur général de la Commission de lutte contre la drogue, Nason Banda, a indiqué que les enquêtes avaient été déclenchées en raison de la hausse des cas de cyberfraude signalés par la population, entraînant des pertes financières pour de nombreux citoyens.

Malgré les arrestations et les condamnations, certaines zones d’ombre persistent, notamment sur le montant du préjudice financier causé et l’usage des armes à feu retrouvées lors du raid. Ces éléments demeurent sujets à clarification.

Partager l'article :