logo afrikactus bleu fonce jaune
drapeau cameroun

Cameroun

drapeau togo

Togo

drapeau benin

Bénin

drapeau sénégal

Sénégal

drapeau de la centrafrique

RCA

drapeau gabon

Gabon

continent afrique noir

Edition pays

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

120 millions de personnes déplacées de force dans le monde selon l’ONU

Un rapport de l'ONU annonce un record de 120 millions de déplacés de force dans le monde, soulignant l'impact des guerres en Gaza, au Soudan et en Birmanie. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés dénonce un état alarmant des déplacements forcés, causé par des conflits violents menés sans respect du droit international.
Une illustration HD montrant des personnes fuyant des zones de conflit telles que Gaza, le Soudan et la Birmanie. Les personnages, de différentes origines ethniques, sont représentés en train de marcher avec des bagages, exprimant la peur et la détermination sur leur visage. En arrière-plan, des scènes de conflit évoquent la violence et la destruction qui les ont poussées à partir.

Le nombre record de 120 millions de déplacés de force dans le monde, selon l’ONU, soulève des préoccupations majeures quant à l’état actuel de la planète.

Les conflits armés comme principale cause de déplacements massifs

À fin avril, l’ONU a dévoilé des statistiques alarmantes : 120 millions de personnes sont actuellement des déplacés forcés, un chiffre en constante augmentation. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) qualifie cette situation de « terrible réquisitoire sur l’état du monde ». Les zones de conflit telles que Gaza, le Soudan et la Birmanie ont largement contribué à cette crise humanitaire en poussant un nombre croissant de personnes à quitter leur domicile depuis plus d’un an. Le chef du HCR, Filippo Grandi, souligne que les guerres demeurent le principal moteur de ces déplacements massifs, dénonçant une violation grave du droit international.

Augmentation des situations d’urgence et mépris du droit international

En 2023, le HCR a dû réagir à 43 situations d’urgence dans 29 pays, un chiffre quatre fois supérieur à celui enregistré il y a quelques années seulement. Cette hausse révèle l’ampleur croissante des crises humanitaires à travers le monde. Filippo Grandi a exprimé sa préoccupation quant à la manière dont les conflits sont menés, déplorant un « mépris total » du droit international et dénonçant l’usage de la terreur contre les populations civiles. Cette réalité contribue inévitablement à renforcer le phénomène des déplacements forcés. Malheureusement, le chef du HCR a admis que les perspectives d’inverser cette tendance semblaient actuellement minces.

Partager l'article :